Comment engager une démarche de sobriété numérique ?

Chez TeleCoop, la sobriété numérique est une notion que nous avons placée au cœur de notre démarche (notre forfait Sobriété y fait même directement référence !). Pour nous, c’est à la fois une ligne de mire et une manière de faire. Dans cet article, nous souhaitons vous en dire plus sur ce concept. Que recouvrent réellement ces deux mots ? Et surtout en quoi consiste concrètement une démarche de sobriété numérique ? Nous tenterons de vous donner quelques clés pour y voir plus clair et la mettre en pratique dès aujourd’hui.

Smartphone – Crédit photo : Unsplash

Comprendre les impacts environnementaux et sociétaux du numérique 

Pour commencer, il est essentiel d’avoir une idée des enjeux et des ordres de grandeur afin de pouvoir prioriser ses efforts. Commençons donc par rappeler rapidement les conséquences du numérique sur l’environnement et la société. Dématérialisation, cloud… les technologies de l’information et de la communication (TIC) sont bien souvent présentées comme immatérielles, et donc, sans impacts environnementaux. Plus encore, certains soutiennent qu’elles constitueraient LA solution pour résoudre la crise climatique en cours, à grand renfort d’applications mobiles, de smart city, et de smartphones dernière génération. Or, un regard un peu plus poussé sur la face cachée du numérique révèle au contraire que son empreinte est tout sauf virtuelle. Ainsi, d’après le dernier rapport sur l’impact environnemental du numérique1 du think tank The Shift Project, le numérique représentait en 2019 3,5% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, soit à peu près autant que le secteur de l’aviation et cette part est susceptible de doubler d’ici à 2025.

Ces émissions de gaz à effet de serre sont en grande partie dues à la production du matériel numérique : pour un smartphone d’une durée de vie moyenne de 2 ans, sa seule fabrication est ainsi responsable de 80% de son empreinte carbone, contre 20% pour la phase d’utilisation2. Si cette phase est la plus polluante c’est parce que la fabrication de nos smartphones, ordinateurs et autres objets connectés nécessite de grandes quantités de matières premières à extraire du sol : plus d’une cinquantaine de métaux rares (tels que l’or, le cobalt, le lithium, le silicium… etc.), mais aussi de grandes quantités d’eau ainsi que d’électricité. Outre l’impact néfaste de l’extraction de ces ressources en termes d’émission de CO2 et sur la biodiversité, il faut également prendre en compte l’impact sanitaire et social, l’extrême majorité des métaux rares étant extraits dans des conditions de travail indignes, avec des conséquences critiques pour les populations locales. On peut donner l’exemple criant de la RDC, où est produit la majorité du cobalt et du tantale, et qui fait partie des pays au PIB le plus bas du monde. Un rapport d’Amnesty international3 ainsi que les travaux de divers ONG, chercheurs et chercheuses alertent régulièrement sur le travail de dizaines de milliers d’enfants dans les mines artisanales qui sont nombreuses dans le pays et sur l’implication de cette industrie dans des conflits armés.

Pièces détachées de téléphone – Crédit photo : Pexels

Si la phase d’utilisation a une part plus réduite parmi les effets directs du numérique, il ne faut pas pour autant négliger son importance. Pour envoyer un simple mail ou déposer un like sur une photo Instagram, notre smartphone échange des données qui vont transiter via une infrastructure réseau de milliers de kilomètres, et mobiliser un ensemble de datacenters éparpillés à travers le globe. Ces infrastructures sont extrêmement énergivores : elles représenteraient entre 15%4 et 41%5 de l’empreinte carbone du numérique, et polluent d’autant plus qu’une part importante de l’énergie qui les alimente est produite à partir de combustibles fossiles. Bien que l’efficacité énergétique6 augmente avec les progrès technologiques, l’accroissement du volume de données échangées est tel que d’ici 2025, on estime que la quantité d’électricité dédiée au numérique aura doublée.

Mais ce n’est pas tout. L’utilisation toujours plus intense de nos smartphones suscite de plus des mécanismes de rétroaction qui amplifient les effets indirects, appelés effets rebonds. On parle d’effets rebonds chaque fois que l’introduction d’une innovation qui permet de consommer en utilisant moins d’énergie ou de matière a comme effet l’augmentation de la consommation et peut annuler in fine les économies d’énergie ou de ressources apportées par la-dite innovation7. Ainsi, l’introduction de la 4G, annoncée comme plus économe en énergie pour un même volume de données a donné lieu à une augmentation considérable du volume de données consommé – d’environ 30% par an8 – et conséquemment à une augmentation de l’énergie consommée au global, que ce soit par les infrastructures de réseau ou les datacenters. Par ailleurs, lorsque le débit de données augmente ce sont aussi le poids des pages internet et des applications qui augmentent avec lui, puisqu’il n’est plus nécessaire d’optimiser les pages pour qu’elles s’affichent rapidement. D’où la généralisation de pages extrêmement lourdes, avec toujours plus d’image, de vidéos et de scripts, accélérant ainsi l’obsolescence des vieux terminaux qui n’ont plus la puissance nécessaire pour y accéder. Le site httparchive.org mesure ainsi que le poids moyen d’une page internet est passé de 500 Ko en 2011 à 2000 Ko en 2021, soit une multiplication par 4 en seulement 10 ans. Il apparaît donc assez clairement que la question de l’utilisation et de la fabrication sont inextricables, et qu’il est impératif d’agir sur ces deux aspects à la fois.

A la lumière de ces éléments, il est évident qu’il devient de plus en plus en difficile de soutenir l’idée selon laquelle le numérique serait la solution privilégiée à la crise écologique. Bien au contraire, il est urgent de réfuter l’idéologie aveugle du solutionnisme technologique, qui prétend que la technologie est une solution miracle aux grandes crises contemporaines. Les impacts du numérique et leur croissance est éminemment préoccupante et bien loin des mesures nécessaires si l’on souhaite respecter les accords de Paris et ainsi limiter le réchauffement climatique à +2°C. Dans ce cadre, la démarche à adopter est celle de la sobriété numérique, qui « consiste à concevoir des services numériques plus sobres et à modérer ses usages numériques quotidiens. ». Il ne s’agit pas d’une succession de petit pas mais bien d’une remise en cause globale de sa manière de consommer au sein d’un système pour viser le juste nécessaire.

Comment engager une démarche de sobriété numérique ?

Appliquer la sobriété numérique, c’est avant tout repenser ses besoins et son imaginaire. A-t-on vraiment besoin, et envie, de vivre dans un environnement bardé d’objets connectés, en consommation perpétuelle de données ? Il n’y pas de liste finie de tâches pour y parvenir mais en connaissance des ordres de grandeurs évoqués précédemment, on peut dresser une liste des mesures prioritaires à mettre en place à l’échelle individuelle et collective. Voici notre guide.

A l’échelle individuelle
Carte SIM TeleCoop – Crédit photo : Mary-Lou Mauricio
  • Limiter au maximum le nombre de terminaux et leur renouvellement : on l’a vu, la phase la plus polluante dans le cycle de vie d’un smartphone ou d’un ordinateur, c’est sa fabrication. Alors pour limiter son empreinte carbone, il faut avant tout réduire le nombre d’objets connectés (une enceinte, montre ou balance connectée est-elle vraiment utile ?) et d’écrans, et s’employer à les faire durer le plus longtemps possible. Pour cela, on mise sur une protection de qualité (coque, écrans etc.) , mais aussi sur la réparation ! Dans plus de 75% des cas, les pannes de smartphones sont réparables9, et les réparations coûteront moins chères qu’un téléphone neuf. Dans le cas où un rachat est incontournable, on évite absolument l’achat neuf et on se tourne vers des mobiles reconditionnés, en prenant garde à ce que le reconditionnement soit effectué en France auprès des Ateliers du Bocage par exemple ou à partir du catalogue de Label Emmaüs. Une autre option est de se tourner vers des mobiles plus éthiques comme les Fairphone, des smartphones modulaires conçus pour durer et être réparés, avec des matériaux labellisés Fairtrade. On peut également faire le choix de tordre le cou à l’idée selon laquelle il faudrait nécessairement acheter un mobile en le louant auprès de la coopérative Commown dont le modèle économique est basé sur le fait de vous accompagner à garder votre mobile le plus longtemps possible.
  • Évaluer ses impacts pour consommer différemment : pour mieux cerner les principales sources de pollution dans ses pratiques personnelles et se représenter la matérialité de nos usages numériques, le plus efficace est encore de réaliser son bilan carbone numérique personnel. L’outil Carbonalyser, développé par le Shift Project10, vous permet « de visualiser la consommation électrique et les émissions de gaz à effet de serre (GES) associées à votre navigation internet ». Si ces chiffres relèvent plus d’un indicateur que d’une mesure précise, elle permet néanmoins de rendre visible les impacts écologiques de nos usages et de prioriser nos efforts.
  • Repenser ses usages numériques et limiter sa consommation de données, surtout en réseau mobile : la consommation de données en 4G est jusqu’à 4 fois plus consommatrice d’énergie que la consommation du même volume en WiFi11, une bonne pratique est donc de privilégier le téléchargement en WiFi à la 4G. C’est la démarche qui est au cœur du forfait mobile Sobriété de TeleCoop qui facture uniquement ce qui est consommé, et incite ainsi à réduire sa consommation de données mobiles mais aussi le temps passé sur son téléphone. De manière générale, il s’agit de repenser ses usages et de viser la limitation au juste nécessaire. La solution radicale et ultra-efficace consiste à ressortir son vieux Nokia 3310 du tiroir, mais il est malheureusement de plus en plus difficile de se passer d’un smartphone dans la vie quotidienne. Dans ce contexte, réduire sa consommation de données passe en premier lieu par la réduction de sa consommation de streaming  vidéo, qui représente 60% des données en ligne dans le monde et engendre 306 millions de tonnes de C02 soit 20% du total des émissions de gaz à effet de serre dues aux numérique12. Pour cela, on peut réduire son utilisation de service de streaming VoD (et de pornographie… qui représente 27% de la bande passante mobilisée par le streaming vidéo), mais aussi veiller à réduire la résolution des vidéos et à ne pas écouter de la musique sur Youtube. Une autre bonne pratique est d’installer un bloqueur de pub comme AdBlock afin de supprimer les vidéos de publicités lors de votre surf.
  • Se lancer dans une digital detox : Une digital detox consiste en « une période pendant laquelle une personne s’abstient de l’utilisation des dispositifs de connexion électroniques tels que les smartphones et les ordinateurs ». Les effets sont bénéfiques pour le moral autant que pour l’environnement et permettent de rompre un temps avec l’addiction au smartphone pour prendre un pas de recul. Pour plus d’informations, vous pouvez retrouver notre article de blog  (https://www.blog.telecoop.fr/2021/12/21/comment-reussir-sa-digital-detox/) détaillé à ce sujet.
A l’échelle collective

Si les mesures détaillées précédemment sont importantes, elles sont loin d’être suffisantes et à vrai dire pratiquement inutiles si elles ne s’insèrent pas dans une prise de conscience et de changements de pratiques collectives. La question de la sobriété numérique n’est pas qu’une question de bien être ou d’effort individuel, c’est une question politique. Pour avoir de l’impact et porter la sobriété numérique, voici ce que vous pouvez faire :

  • Communiquer : Le numérique et les technologies qui en relèvent sont devenues des boîtes noires, dont le fonctionnement et les effets sont méconnus par le plus grand nombre. Or, tant que les impacts du numérique seront invisibles, leur limitation sera impensable. Il est donc essentiel de communiquer autour de vous. Parlez sobriété numérique avec vos proches, avec vos collègues, ou avec vos followers sur les réseaux. Nous vous suggérons également de participer voire d’organiser une fresque du numérique13, un atelier de sensibilisation hyper complet aux enjeux environnementaux du numérique sur le même modèle que la fresque du climat. Il y en a forcément une près de chez vous (et même en ligne) !
  • Militer : Si vous avez un peu d’énergie à dépenser, rejoignez un des nombreux collectifs qui luttent pour un numérique plus éthique et soutenable. Ils sont légions et il y en a pour tous les goûts (cf. liste annexe). Gardons en tête que les mesures qui ont le plus d’impact sont d’ordre systémique : il s’agit de s’opposer aux grands chantiers de développement des objets connectés, des infrastructures de nouvelles technologies de réseau ou des technologies hyperpolluantes comme le metaverse, les cryptomonnaies ou encore l’usage débridé d’algorithmes d’intelligence artificielle pour tout et n’importe quoi. Les Go économisés grâce à des efforts individuels de sobriété pèsent bien peu face à la pollution générée par la construction des infrastructures réseaux remplacées tous les 5 ans et les effets rebond qu’elles engendrent.
Assemblée Générale de TeleCoop – Crédit photo : Mary-Lou Mauricio
  • Appliquer la sobriété numérique dans la sphère professionnelle : Couper la caméra pendant les vidéos conférences, investir dans du matériel informatique durable, avoir un site internet éco-conçu… Il y a de nombreuses mesures qui peuvent avoir beaucoup d’impact si elles sont appliquées à toute votre entreprise. Porter ce genre de projet est une opportunité de faire une belle différence !
  • Voter en conséquence : Les projets à grande échelle de sobriété numérique ne passeront jamais s’ils n’ont pas de support de la part des décideurs politiques, que ce soit à l’échelle de la commune, de la région ou du pays. Alors avant de glisser son bulletin dans l’urne, on lit les programmes et on prend tout cela en compte !

Pour nous soutenir et démarrer votre démarche de sobriété numérique, rejoignez-nous vous aussi !

Annexe : quelques associations qui œuvrent pour un numérique plus éthique et soutenable (liste non exhaustive et ouverte aux contributions !)

Sources :

1 Impact environnemental du numérique : Tendances à 5 ans et gouvernance de la 5G

 2 Sobriété numérique, les clés pour agir, Frédéric Bordage

3 https://www.amnesty.fr/actualites/les-enfants-qui-travaillent-pour-nos-smartphones

 4 Sobriété numérique, les clés pour agir, Frédéric Bordage

5 Belkhir, Lotfi and Ahmed Elmeligi. “Assessing ICT global emissions footprint: Trends to 2040 & recommendations.” Journal of Cleaner Production 177 (2018): 448-463.

6 le rapport entre l’énergie finale délivrée et l’énergie consommée nécessaire à sa production

7 dans ce cas précis, on parle de paradoxe de Jevons

8 Arcep

9 Ademe, Harris Interactive 2020, Les Français et la réparation : Perceptions  et  pratiques

10 https://theshiftproject.org/carbonalyser-extension-navigateur/

11 En route vers la sobriété numérique, ADEME, Mai 2022, p12.

12 L’insoutenable usage de la vidéo en ligne, The Shift Project, 2019

13 https://www.fresquedunumerique.org/entreprises.html

Pourquoi choisir l’offre Transition de TeleCoop ?

En France, en 2020, 21 millions de téléphones portables ont été vendus. Sur ces 21 millions, seul 2,8 millions ont été vendus en tant que mobile reconditionné.

Ce qui signifie qu’1 Français sur 3 renouvelle son mobile chaque année. Or, en France, la moyenne de détention d’un mobile est de 2 ans alors que cette durée pourrait facilement s’étirer à cinq ans. Ce renouvellement fréquent s’explique par l’obsolescence, aussi bien matérielle que logicielle, rapide des smartphones et l’envie de détenir les meilleurs modèles dès leur sortie sur le marché.

Les smartphones, de plus en plus performants, sont aussi de plus en plus consommateurs de matières rares. Ce mode de consommation n’est donc pas sans conséquence sur la planète. 

Afin de réduire son impact environnemental numérique, le meilleur réflexe à adopter est ainsi de faire durer autant que possible son téléphone.

Crédit photo : Mary Lou Mauricio

Pourquoi faut-il conserver son mobile le plus longtemps possible ?

Tout d’abord, l’extraction des matières premières pour les pièces des smartphones ne respecte aucune charte éthique chez la plupart des fabricants. La majorité des sites d’extraction et les modes d’extraction utilisés mettent en concurrence les populations locales avec ces industries sur leurs besoins les plus primaires comme l’accès à l’eau ou aux terres cultivables. Sur le plan environnemental, un smartphone n’est pas écologique, et ce quelque soit sa marque. Rappelons que 80 % de la pollution lié à un smartphone est concentrée sur la première étape de son cycle de vie, la fabrication. Composés de plastiques, de verres et près de cinquante métaux différents, soit 5 fois plus de types de métaux que les téléphones fixes de 1950, votre smartphone est certes plus puissant mais cela engendre un coût écologique fort.

Certaines étapes de fabrication sont plus polluantes que d’autres. En effet, les minerais sont exploités de manière néfaste pour les écosystèmes. C’est par exemple, lors de la phase de raffinage que l’on utilise une grande quantité d’acide sulfurique afin de séparer la roche des métaux mais aussi les métaux entre eux. Ces procédés d’extraction chimique chargent les eaux en métaux lourds et polluent donc les nappes phréatiques. Ces métaux lourds ne peuvent être évacués par les organismes vivants et se retrouvent dans toute la chaîne alimentaire.

Pour décomposer, un smartphone aujourd’hui est composé en moyenne de :

  • 55 % de métaux lourds,
  • 35 % de plastique,
  • 10 % de verre et céramique.

Rien de bien écologique dans tout cela n’est-ce pas ? Et ces impacts écologiques s’intensifient d’autant plus que la demande explose. Aujourd’hui, près de 75% des français possèdent un smartphone alors qu’ils n’étaient que 17% en 2011.

L’écran, la batterie ou les pièces détachées en plastique sont souvent les premiers éléments à se casser ou à cesser de fonctionner. Près de 80% des réparations effectuées sur smartphones concernent les écrans et pourtant, les ressources nécessaires sont non renouvelables.

La réparation, une manière concrète de faire durer nos mobiles plus longtemps

Écran de mobile cassé ou encore batterie lente sont les problèmes les plus fréquents qui peuvent être résolus par la réparation mais parfois avec un coût qui décourage un certain nombre d’entre nous de faire ce choix. Le rachat d’un mobile neuf paraît alors comme étant le meilleur recours.

L’offre Transition de TeleCoop souhaite justement faire de la réparation un réflexe pour encourager le plus grand nombre à garder son mobile le plus longtemps possible tout en faisant le choix d’une consommation raisonnable de données mobiles.

Ainsi, pour inciter chacun à réparer son téléphone au lieu d’en acheter un nouveau, TeleCoop a  fait le choix de proposer une nouvelle offre mobile.

La grande nouveauté de ce forfait réside dans le fait de bénéficier de 30 euros par an afin de faire réparer son mobile. Cela signifie, par exemple, qu’en cas de casse de votre écran, TeleCoop prendra en charge 30 euros de votre facture de réparation et ce, 1 fois par an. Elle vous permet de bénéficier des appels et SMS illimités en France métropolitaine et d’une quantité raisonnable de données mobiles à savoir 9 gigas, le tout pour 20 euros par mois. Un bon moyen de démarrer sa transition numérique !

Ce forfait, sans engagement, permet à tous de bénéficier d’un service client basé en France dont l’objectif est d’accompagner chacun dans ses usages numériques.

Les télécoms en première ligne du numérique responsable

En lançant ce forfait, TeleCoop entend donc encourager ces abonnés à réparer leur mobile. Les opérateurs de téléphonie mobile ont leur part de responsabilité dans la consommation excessive et rapprochée des smartphones. Les sites web des opérateurs proposent, en plus de leurs  abonnements mobiles, la vente de téléphones neufs. Les abonnés peuvent également régler mensuellement et parfois sans frais, leur nouveau téléphone sur une période de deux  ans qui correspond à la fin de la garantie constructeur. Le but de cette pratique est ensuite de pousser le client à changer son téléphone, et de repartir sur un nouveau contrat avec un nouveau téléphone une fois la fin du contrat atteinte. 

Face à ce constat, TeleCoop a choisi de proposer un nouveau modèle de consommation : celui du forfait Transition, un forfait sans engagement permettant l’accès à une offre de réparation mobile.

Conscient de ce problème, l’ADEME a récemment mis en ligne ce site qui propose différentes ressources :

  • Conseils pratiques de réparation de nos objets du quotidien dont les téléphones portables,
  • Outils pour partager nos objets entre voisins par le biais d’un annuaire,
  • Diagnostic de pannes diverses ou défauts d’utilisation,
  • Actualités dans le domaine de la récupération et la réparation.

En complément, afin de simplifier les démarches de nos abonnés, la coopérative travaille pour que dans les prochains mois, nos abonnés puissent accéder à un réseau de réparateurs agréés. Ainsi, nous vous encourageons à donner, réparer, troquer, revendre pour consommer le numérique de manière durable. Notre façon de consommer le numérique et en particulier les choix que nous faisons dans notre façon de nous équiper doit changer et TeleCoop vous propose une manière concrète de le faire.

Sources :

https://seb117.fr/blog/reparer-telephone-portable-agir-pour-la-planete

https://reporterre.net/La-folie-du-smartphone-un-poison-pour-la-planete

https://www.arcep.fr/fileadmin/cru-1650011811/user_upload/observatoire/enquete-pns/edition-2022/enquete-annuelle-pour-un-numerique-soutenable_edition2022.pdf

https://longuevieauxobjets.gouv.fr/reduire-son-impact-numerique

https://telecoop.fr/forfait